Photographe produit : 8 erreurs Ă  Ă©viter

Photographe produit : 8 erreurs Ă  Ă©viter

Quand on se lance dans son activité de photographe, des erreurs on en fait. Que ça soit des erreurs techniques, des erreurs avec ses clients, des erreurs commerciales ou même des erreurs de mindset. Je vais vous parler des erreurs fréquentes auxquelles on doit souvent faire face lorsqu’on débute en tant que photographe produit, et croyez-moi je suis passée par là. Si vous voulez gagner du temps et éviter ces erreurs, poursuivez votre lecture pour découvrir mes conseils.

1. Ne pas préparer de moodboard client

Vous avez un shooting client mais vous n’ĂŞtes pas prĂŞt ? Mais vous n’avez planifiĂ© la direction artistique, pas d’inspiration le jour du shoot, vous n’avez mĂŞme pas prĂ©vu d’accessoires.


Vous ne savez pas oĂą vous allez, vous n’avez pas d’objectif prĂ©cis, ni fixĂ© prĂ©cisĂ©ment le nombre de photos.


Cette erreur je l’ai dĂ©jĂ  faite, le client ne savait pas Ă  quoi s’attendre, et moi non plus. Il n’ y a eu aucune validation en amont, rĂ©sultat : improvisation totale !

2. Ne pas faire valider les photos de produits au fur et Ă  mesure au client

Il faut s’assurer dans le devis à faire signer par le client que les photos sont à faire valider le jour J.


Une de mes astuces si le client ne peut pas ĂŞtre sur place le jour du shoot : faire des screenshots et lui envoyer Ă  validation en direct via Whatsapp.


Sinon vous risquez de recommencer le shoot et donc de perdre du temps et de l’argent.

3. Livrer des photos non retouchées sur Photoshop

Il est impératif de passer sur Photoshop pour livrer une image finale d’un rendu plus professionnel.

Il y a toujours des défauts sur les objets, la scène et c’est normal. Entre les feuilles, les rayures produits, les plis, la poussière qui traine, les lignes pas droites, ou encore les couleurs… Tous ces petits défauts nuisent à la qualité de votre rendu photographique si vous ne les retouchez pas…

Photographe produit Paris

4. Ne pas fixer de nombre de retours

Bien prĂ©ciser dans le devis Ă  faire signer vos consignes pour les retours. Vous devez ĂŞtre clair dès le dĂ©part avec votre client pour l’inciter Ă  compiler ses retours.
Vous ĂŞtes votre propre patron, c’est Ă  vous de poser vos limites, n’hĂ©sitez pas Ă  refacturer en option si besoin les retours supplĂ©mentaires.

5. Être disponible tout le temps à n’importe quelle heure

J’étais disponible H24, 7 jours/7 tout le temps jusqu’au point de faire un burn-out…
Il faut laisser son cerveau se reposer pour faire fructifier son esprit créatif.


Et ne pas s’oublier, obligez-vous à vous accorder une pause sur le week-end par exemple.
C’est un mĂ©tier très energivore surtout lors des shoots.
Alors il est important de faire autre chose que de la photographie, de s’octroyer des vacances.
Vous avez le droit de ne pas répondre à vos DM, mails, retours client le weekend, le soir. Un photographe produit aussi à le droit de souffler.


En bref, pensez Ă  vous !

6. Ne pas définir de créneau dédié à la création de contenu dans ma semaine

Je n’Ă©tais pas rĂ©gulière dans ma crĂ©ation de contenus, je m’y mettais uniquement quand j’avais des trous. Et parfois je laissais deux mois passer sans crĂ©er de contenu.
Alors pour remĂ©dier Ă  ce problème, j’ai fixĂ© un jour dans ma semaine dĂ©diĂ© Ă  la crĂ©ation de contenu oĂą je n’ai pas de rendez-vous client, pas de shoot, pas de retouches.


J’ai aussi recruté une personne en stage pour m’aider sur ce sujet qui demande beaucoup de temps. Pour trouver des idées de publication vous pouvez notamment écouter des podcasts sur la création de contenus.

7. Ne pas compter mes heures pour mes clients

Je n’Ă©tais pas capable de dire si j’étais rentable.
Posez-vous la question : est-ce que ce client en vaut la peine ? Vous devez prendre un pas de recul pour mieux estimer le temps de travail.
Ma solution : mettre en place un tableau analytique.
Dans ce tableau je regroupe :

  • le calcul pour connaitre en pourcentage le temps effectuĂ© par rapport temps vendu
  • une alerte si je dĂ©passe le temps vendu
  • et le calcul du gain horaire rĂ©el

8. Ne pas investir dans une formation de photographe produit

J’ai perdu beaucoup de temps à regarder des vidéos, je me suis moi-même perdue sur Youtube.
Suivre une formation permet un gain de temps, un gain en compétences.
Mais aussi d’amĂ©liorer son processus de travail notamment en apprenant les techniques d’éclairage.


Grâce Ă  cela j’ai pu avoir des outils concrets pour facturer davantage Ă  mes clients.
C’est un investissement qui multiplie votre chiffre d’affaire, minime par rapport au coĂ»t d’investissement car cela fait de vous un vrai professionnel compĂ©tent. Si vous aussi vous voulez avoir toutes les clĂ©s en mains pour vous lancer en tant que photographe produit, je vous invite Ă  vous inscrire Ă  ma formation Creative Studio Academy.

ApprĂ©hender le milieu de la photographie de produits n’est pas chose facile, je sais de quoi je parle. Mais rassurez-vous, grâce Ă  ces quelques conseils vous Ă©viterez dĂ©jĂ  plusieurs erreurs par lesquels la majoritĂ© des photographes sont passĂ©es.